mardi 21 août 2012

Le Mazda CX-5 a de quoi séduire

Essai routier par Jacques Deshaies d'Autonet.ca sur le Mazda CX-5 2013 

Photo : Autonet.ca

L’équilibre adapté

Si vous l’expression semble exagérée, je dois vous avouer que rarement un véhicule d’essai a fait l’unanimité de mes essayeurs. Parmi ce groupe, ma femme. Eh oui! Si je suis un passionné de voitures, c’est toute autre chose pour ma douce et tendre épouse qui ne connaît foutrement rien aux automobiles et qui a des critères qui sont beaucoup plus terre à terre que moi. Simplement pour vous expliquer, je peux stationner une Ferrari 458 dans mon entrée de court et elle ne la remarquera même pas. À chacun ces intérêts! Pourtant, elle a un sens critique qui m’étonnera toujours et qui vient peaufiner mon jugement. Elle représente probablement la majorité des acheteurs de voitures actuellement.

Je lui pose la question fatale! Que penses-tu de la CX-5? Elle me répond spontanément : je la garderais volontiers. Je l’adore. Elle a même de la difficulté à me parler des quelques défauts qu’elle a peine à m’énumérer. D’entrée de jeu, la silhouette du CX-5 est plus que réussie. Il affiche la nouvelle image que prendra l’ensemble des produits Mazda dans les prochaines années. La partie avant abandonne ce large sourire au profit d’une grille au centre de laquelle trône un gros logo Mazda. Les phares s’étirent jusqu’au début des ailes avant.

L’habitacle est aussi bien présenté. Sans être exubérant, l’instrumentation est au bon endroit et facile d’accès. D’ailleurs, Mazda nous a toujours habitués à ce genre de présentation. Vivement la chaîne audio qui est simple et claire. Certains concurrents se permettent de nous compliquer la vie. Notre véhicule d’essai n’avait pas le système de navigation, mais l’écran situé au centre du tableau de bord est aussi de lecture facile. Contrairement à la plupart des utilitaires, le CX-5 dispose de sièges qui offrent un excellent maintien latéral. Les places arrière sont spacieuses et peuvent accueillir confortablement 3 passagers.