jeudi 4 juin 2015

Mazda CX-3 2016: L'élégance et la sportivité façon Mazda

La catégorie des VUS sous-compacts ne cesse de s’étoffer. Honda a dévoilé tout récemment son HR-V et voilà que Mazda réplique avec le CX-3. Celui-ci vient compléter la gamme des utilitaires sport chez ce constructeur qui propose déjà les CX-5 et CX-9, ce dernier étant beaucoup plus gros et plus luxueux que les deux autres.

Les VUS sous-compacts sont appelés à devenir de plus en plus importants sur notre marché. Compte tenu des dimensions relativement modestes de ces modèles, il est certain que ce n’est pas la capacité de chargement ou de remorquage qui intéressera les acheteurs potentiels. Parmi les avantages recherchés, il faut mentionner une silhouette esthétique et sportive à la fois, un habitacle confortable et moderne et surtout une tenue de route inspirante.

Mazda a rempli ce cahier de charges, car l’unanimité s’est faite sur la silhouette du nouveau CX-3 avec ses porte-à-faux extrêmement réduits, sa ligne agressive qui respecte la philosophie de design Kodo utilisée sur les Mazda3, Mazda6 et CX-5. C’est réussi, les stylistes n’avaient d’ailleurs pas le choix puisque pratiquement tous les modèles de cette catégorie ont un style qui les démarque fortement les uns des autres.

Il y a à peine quelques années, les modèles compacts ne privilégiaient pas nécessairement l’habitacle alors que l’économie était à l’ordre du jour. Maintenant, les gens sont en mesure d’associer petit format à un certain niveau de luxe. La planche de bord du CX-3 propose plusieurs caractéristiques inattendues dans cette catégorie, notamment un affichage tête haute et un système d’infodivertissement passablement complet. Aussi, la qualité des matériaux est surprenante.

Il ne faut pas croire pour autant qu’on a masqué une plate-forme et une mécanique banales par le biais d’accessoires innovateurs. Les ingénieurs ont également peaufiné les caractéristiques techniques de ce petit véhicule.


L’équilibre avant tout
Si précédemment j’ai mentionné le caractère sportif du CX-3, ce n’est pas en raison de performances étourdissantes grâce à un moteur surpuissant ou encore de l’utilisation de quelques astuces technologiques. En fait, c’est surtout l’équilibre général qui rend ce VUS agréable à conduire et même sportif lorsque piloté avec énergie. En réalité, on a repris dans une certaine mesure la philosophie de conception qui a présidé à la MX-5, à savoir des éléments mécaniques qui se complètent et qui offrent ainsi une conduite homogène. Le quatre cylindres de 2,0 litres de 146 chevaux boucle le 0-100 km/h en un peu plus de 9 secondes, ce qui est adéquat. Quant à la boîte automatique à six rapports, son fonctionnement est excellent et à aucun moment lors de mon galop d’essai, je n’ai espéré la présence d’une boîte. Il faut également ajouter un mode Sport qui permet des accélérations et des reprises plus nerveuses.

La suspension avant à jambes de force est dotée d’une géométrie qui permet de réduire le roulis en virage tandis que l’angle de chasse de la direction assure une meilleure réactivité. La suspension arrière est à poutre déformante. Cette configuration technique a été choisie pour le gain en légèreté ainsi que pour une optimisation du coffre, les tours de suspension ne l’obstruant pas. Il faut ajouter que l’ancrage du bras tiré est plus haut, assurant ainsi plus de souplesse. Quand cet élément technique est bien conçu, son efficacité est reconnue, ce qui est le cas avec le CX-3. Il faut préciser qu’il a été configuré en fonction du rouage intégral optionnel i-ACTIV AWD.

Ce dernier est une version révisée et allégée de celui utilisé sur le CX-5. Il a pour effet d’anticiper le patinage des roues et de réagir avant une perte d’adhérence. L’ordinateur analyse les informations transmises par 27 capteurs pour être en mesure d’intervenir au bon moment. Curieusement, Mazda n’est pas enclin à vanter ce système qui est pourtant l’un des meilleurs de l’industrie, et ce, peu importe le modèle.

Amenez-en des virages!
Puisque le CX-3 fait appel à la technologie SKYACTIV, la faible consommation d’essence va de soi. Elle est plus ou moins de 7,8 L/100 km, selon le modèle. Mais ce qui est le plus impressionnant, pour ma part, est son comportement routier.

Comme la plupart des modèles concurrents, cette Mazda est docile, répondant au doigt et à l’œil en conduite urbaine et sur la grande route. Le couple du moteur relativement élevé ainsi que la transmission efficace permettent de ne jamais souffrir d’un manque de puissance. Lors de la présentation du CX-3 en Arizona, nous avons emprunté des routes montagneuses, ce qui venait grignoter un peu de puissance en raison de l’altitude. Malgré tout, les performances furent toujours à la hauteur de la situation.

Sur une route sinueuse, nous avons pu découvrir la qualité de la tenue de route, la précision de la direction et un agrément de conduite élevé pour un véhicule à vocation familiale et utilitaire. Cet équilibre général, comme le soulignait si justement un chroniqueur de la côte ouest canadienne, donne l’impression de piloter une MX-5 à laquelle on a ajouté un sac à dos!

Une plate-forme légère et rigide, des suspensions bien calibrées et bien conçues, un moteur à la puissance correcte associé à une direction précise, voilà autant d’éléments qui nous ont fait apprécier le CX-3. Par ailleurs, ses dimensions le réservent sans doute à des couples sans enfants ou encore à des adultes désirant un véhicule pratique mais également agréable à conduire.

Source: autogo.ca