dimanche 15 novembre 2015

Mazda MX-5 : le roadster dont on se souviendra longtemps


Essai par le journaliste Mathieu St-Pierre de la MX-5 :

Après mon essai d’une MX-5 25e anniversaire l’automne dernier, j’en suis arrivé à la conclusion que ce roadster était irremplaçable. Toutefois, j’ai changé d’avis après qu’on m’ait offert de comparer la toute nouvelle Mazda MX-5 2016 de 4e génération (ND) à un exemplaire 2015 de la 3e (NC). Conduire ces 2 modèles successivement est la meilleure façon de comprendre tout le travail effectué par Mazda.

Pour le plaisir, j’ai demandé à un collègue de bureau d’apporter sa Miata de 2e génération (NB) qu’il a modifiée pour rouler en piste. J’aurais aussi pu avoir une Miata originale (NA), mais l’exemplaire que j’ai déniché avait passé beaucoup de temps dans un entrepôt et sa batterie était morte. Qu’à cela ne tienne, j’allais me régaler.

Je dois vous dire que j’ai déjà conduit une NA dans les environs du circuit Mazda de Laguna Seca – une expérience magique. Cette journée-là, je n’ai malheureusement pas eu l’occasion d’essayer la Miata Mazdaspeed NB qui se trouvait sur place. J’ai par la suite essayé des versions Mazdaspeed de la NC en 2004 et 2005. Aujourd’hui, ces machines sont extrêmement rares à se procurer.

NB : Notez bien cette « méchante » Miata Pour ce nouveau match comparatif, j’ai commencé avec la Miata NB de mon collègue. Bien qu’elle ne soit pas identique à ce qu’elle était à sa sortie de l’usine, cette voiture représente très bien ce que des milliers de propriétaires font avec la leur : la préparer pour des journées de roulage sur circuit. Elle conserve en même temps tous les attributs qui la rendent excellente au départ. Ses 2 plus gros changements sont un bruit d’échappement plus prononcé de même qu’une suspension plus ferme qui élimine le roulis de caisse et la certaine souplesse qu’on associe normalement à la Miata/MX-5. Il en résulte une maniabilité encore plus précise qu’on ne peut apprécier pleinement que sur une piste.

Grâce à ladite suspension (en tout cas, plus que la légère hausse de puissance du moteur modifié), on peut attaquer les virages plus rapidement. Confiée à des mains habiles, cette Miata paraîtra beaucoup plus vite que la version de série. On ne parle plus d’un simple roadster pour se la couler douce, mais plutôt d’un bolide de grand tourisme pour ceux et celles qui adorent se lancer à l’assaut des routes de campagne et des cols montagneux.

Source : Auto123.com